Là où le champ est animé ils vont s'amuser
Là où le champ est animé ils vont s'amuser

Journée mobilité durable en milieu rural

Organisée par le Réseau Rural Régional en concertation avec la DREAL et l’ADEME

 

Mardi 13 novembre a eu lieu à Château-Gontier une rencontre sur la mobilité durable en milieu durable. Cette journée s’intègre dans un cycle de 3 rencontres sur ce thème dans les Pays de Loire.

 

Après une présentation sur les codes de la mobilité face aux enjeux de la vie quotidienne, se succèdent des témoignages sur plusieurs expériences de mobilité partagées ainsi que de services et d’activités économiques de proximité. Si conduire seul en voiture est un fléau pour l’environnement, l’accès à la mobilité est aussi un motif d’exclusion sociale en milieu rural.

 

 

Pour une nouvelle approche de la mobilité

 

La part modale de la voiture se maintient toujours à 72 % et ce, malgré les nombreux investissements des collectivités en faveur d’autres modes de déplacement. Les actions sur la mobilité axées sur le triptyque, transport en commun, pistes cyclables et aires de covoiturage, montrent aujourd’hui leur limite car les leviers de la mobilité sont plus complexes et liés à de nombreuses autres thématiques comme le vieillissement, l’étalement urbain, le coût d’un véhicule, l’accès à l’emploi des jeunes….

Ainsi la plupart des programmations ne prennent pas en compte la réalité des usages : Les trajets domicile-travail ne représentent qu’1/3 des déplacements et s’effectuent au 2/3 hors des heures de pointe. Le rythme des transports est calé sur le calendrier scolaire alors que 66 % des ligériens sont sans enfant. 80 % des trajets s’effectuent sur une distance inférieure à 2 km et 91 % des trajets pour le travail se font en voiture. Dans le Pays Rennais, le taux d’occupation global des aires de co-voiturage n’est que de 30 % essentiellement concentré le long des 2x2 voies et très peu en centre bourg.

Par ailleurs 65% des adultes français éprouvent des difficultés physiques (vue, ouie, articulation …) en situation de mobilité et 11% de la population ligérienne vit sous le seuil de pauvreté. L’introduction de l’outil numérique divise par ailleurs les usagers avec 40 % des adultes sans smartphone.

La mobilité, en tant que besoin fondamental pour accéder au travail ou pratiquer une activité de loisirs, induit le développement des inégalités et de la précarité.

Les vraies ressources consistent en l’association d’une optimisation des déplacements, moins se déplacer et à plusieurs par voiture, et d’une stratégie de proximité des services et de l’économie. Les collectivités doivent davantage s’intéresser aux besoins réels des habitants dans leur approche de la mobilité.

 

La stratégie de proximité

 

Améliorer la mobilité c’est proposer en amont des services et des solutions de proximité en lien avec les besoins et le rythme des usagers. Les expériences ci-dessous sont des exemples :

  • Des services publics itinérants tels qu’un RAM ou une halte-garderie à l’instar de ceux mis en place au pays de Landivisiau ou à la CC de Montaigu-Richeservière, ou encore de Maisons de services publics comme à la CC Thirache Sambre et Oise
  • Des modes de déplacement collectifs de proximité comme le vélobus, le pédibus ou la mise à disposition de vélo-cargo
  • La mutualisation de véhicules, auto-partage de voitures dormantes ou location de flottes de véhicules, plateforme de mobilité pour l’emploi saisonnier (Pays de Morlaix)
  • L’accompagnement à la création lieux de vie économiques de proximité comme les garages solidaires, les tiers-lieux, les espaces de coworking, les points de vente collectif, de vente ambulante, de livraison à domicile, de vente à la ferme….

Le rôle des collectivités

 

Le rôle de la collectivité est primordial pour la co-construction de ces solutions. Il consiste à :

  • susciter et soutenir les initiatives privées et non pas de faire « à la place de »
  • animer une stratégie d’ensemble
  • identifier et mettre en lien les acteurs locaux publics et privés
  • supporter les difficultés

Les collectivités doivent par ailleurs axer leur stratégie territoriale en faveur des centralités en termes de logements, commerces, vitesse, fiscalité… en veillant à faire le lien entre revitalisation des coeurs de bourg et optimisation des déplacements.

Le développement du bien-vivre dans les cœurs de bourg s’accompagne d’un espace public central animé et suffisamment pourvus en équipements collectifs, services et commerces.

Les collectivités doivent aussi accompagner le changement vers des modes de déplacements alternatifs : partager la voirie entre les usagers (chaucidou), multiplier les animations, révéler la proximité, identifier les besoins (enquêtes, …) et les ressources (bâtiment, véhicules, personnel, numérique…)

 

Claudie Banevitch

Le Planty

49460 Ecuillé

 

 

Téléphone : 06 77 92 6040

 

contact@citesdeschamps.fr

plaquette
plaquette citesdeschamps18.pdf
Document Adobe Acrobat [1.6 MB]