Là où le champ est animé ils vont s'amuser
Là où le champ est animé ils vont s'amuser

Grenoble : une métropole apaisée pour un meilleur partage des espaces publics

Le 16 juin 2016 s’est déroulé à Nantes un colloque organisé par l’observatoire des transports des Pays de Loire (ORT).

L’ORT est une association 1901 créée en 1994 qui a pour objet la création et la mise en œuvre d’outils d’information sur les transports dans un souci de neutralité entre les différents usagers.

Au cours de ce colloque, plusieurs intervenants se sont succédés, département 44, chercheurs, agglomérations, entreprises de transport pour partager données et résultats sur leur travail et nourrir le débat.

Cet article propose un zoom sur le témoignage de Lionel FAURE , Chef de projet "métropole apaisée", Direction Déplacements Accessibilité Conception des espaces publics, Grenoble-Alpes Métropole.

L’expérience de cette jeune Métropole illustre bien la richesse et la pertinence des réponses d’une démarche transversale, expérimentale et collective quant au partage des usages sur l’espace public, via la problématique de la mobilité et de la vitesse.

 

Grenoble : une métropole apaisée pour un meilleur partage de l’espace public

 

L’agglomération de Grenoble, passée Métropole en 2015, comprend 49 communes dont 25 avec moins de 2000 habitants. Grenoble est une ville dense avec 450 000 habitants et souffre d’une pollution atmosphérique endémique.

A sa création Grenoble-Alpes Métropole s’est dotée de la compétence pleine sur les espaces publics, intégrant ainsi toute la planification et l’étude des voiries, y compris départementales.

La volonté politique est de coordonner tous les types de mobilité de façon multimodale. Ainsi la Métro dispose d’un plan vélo, d’un plan de circulation associé et travaille à l’élaboration d’un plan piéton ainsi que d’une politique tarifaire de stationnement dissuasive. La ville dispose d’un réseau de transport en commun riche, comprenant 5 lignes de tramway et 6 lignes de bus.

En cohérence avec la loi de transition énergétique et son article 12, la Métro franchit un nouveau cap le 1er janvier 2016 en généralisant la limitation de vitesse en ville à 30 km/h sur Grenoble et 14 communes et ce, pour tout mode de transport. Le constat est que la zone 30 est le meilleur compromis pour les différents usagers de l’espace public.

Il participe à l’objectif d’apaisement de la ville souhaité dans le cadre des aménagements d’espaces publics.

 

  • Une modification de la signalétique

La limitation de la vitesse en agglomération à 30 km/h a contribué à réduire la présence de panneaux de signalisation (panneaux zone 30 notamment) et libérer de la place sur l’espace public.

Les panneaux d’entrée d’agglomérations ont été complétés de panneau 30.

Les voiries restées à 50 km/h sont fléchées par un marquage au sol.

Les zones 30 ont été transformées en zone 20, plus adaptées en terme de partage des usages.

Le passage à 30km/h a permis la suppression de certains carrefours à feux et la restauration de la priorité à droite.

  • Une démarche participative

Le projet métropolitain s’est appuyé sur une démarche de co-construction des espaces à travers la rédaction collective d’un guide des espaces publics et de la voirie. L’objectif est de faire émerger une culture partagée de la ville et de donner une priorité au mode actif de déplacement.

Dans la même démarche, une boite à idées ‘Ma rue apaisée’ est mise en ligne pour recueillir les idées de réaménagement proposées par les habitants.

Des ateliers avec les habitants ont été conduits par certaines communes.

  • Une communication efficace

Outre les dispositifs classiques de communication comme les bulletins municipaux, le site internet de la métropole propose un abécédaire, un quizz et une carte interactive.

Deux totems pédagogiques ont été implantés pour afficher une démarche de labellisation.  Des radars pédagogiques complètent le dispositif d’information des usagers.

  • Un dispositif d’évaluation

Comme de nombreux dispositifs sont en cours d’expérimentation, des procédés d’évaluation sont appliqués, comme celui conduit avec le CEREMA sur le marquage au sol 50.

La SEMITAG a aussi mis en place des indicateurs de suivi des lignes pour les transports en commun.

De même d’autres mesures d’accompagnement sont peu à peu testées :

  • Le développement des zones 20
  • Les nouveaux marquages
  • Le cédez-le-passage cycliste
  • Le rétablissement de la priorité à droite
  • La diminution de largeur des voiries
  • La verbalisation à 135 € pour les mauvais stationnements (trottoirs, passages piétons….)

En conclusion, beaucoup d’expérimentations en cours et à suivre sur cette métropole.

Claudie Banevitch

Le Planty

49460 Ecuillé

 

 

Téléphone : 06 77 92 6040

 

contact@citesdeschamps.fr

plaquette
plaquette citesdeschamps18.pdf
Document Adobe Acrobat [1.6 MB]